6 raisons de prier

Bien que Dieu veille et fasse le guet pour nous garder – même si nous sommes tellement étourdis que nous ne sentons parfois pas les maux qui sont autour de nous – et bien qu’il nous secoure parfois avant d’être invoqué, il nous est nécessaire de l’implorer assidûment :

  • Premièrement, afin que notre coeur soit enflammé d’un immense et ardent désir de toujours le chercher, l’aimer et l’honorer, nous devons nous habituer à trouver en lui notre refuge, en toutes circonstances, comme au port unique du salut.
  • Ensuite, afin que notre coeur ne soit pas troublé par un désir dont nous n’osons pas le faire aussitôt le témoin, comme nous le faisons en lui manifestant ouvertement toute notre affection et, si l’on peut dire, en lui ouvrant tout notre coeur.
  • Bien plus, afin d’être préparés à recevoir ses bienfaits avec une vraie reconnaissance et avec action de grace, car par la prière nous savons qu’il nous viennent de sa main.
  • Aussi, ayant obtenu ce que nous demandions, afin de reconnaître qu’il a exaucé nos désirs et qu’ainsi nous soyons plus ardemment incités à méditer sur sa bienveillance.
  • Et encore, afin de prendre un plus grand plaisir en jouissant des bienfaits qu’il nous accorde, en comprenant que nous les avons obtenus par nos prières.
  • Enfin, pour que sa providence soit confirmée et ratifiée dans nos coeurs, à cause de ce que nous ecpérimentons concrétement dans notre petite expérience. Nous voyons non seulement qu’il nous promet de ne jamais nous abandonner et qu’il nous invite à le chercher et à l’implorer dans nos difficultés, mais qu’il a aussi la main toujours étendue pour aider les siens qu’il n’abreuve pas de vaines paroles et qu’il maintient comme ils en ont besoin.

Pour toutes ces raisons, le Père plein de clémence, bien qu’il ne dorme jamais ou demeure inactif, donne souvent l’impression qu’il dort et ne fait rien, afin de nous inciter ainsi à le prier et à formuler des requêtes, ce qui constitue un remède à notre paresse et à notre capacité d’oubli.

Calvin, Institution Chrétienne, III, 20, 3

Published by

emmanuel

Je suis le mari d'Esther, et le papa de Jean-Baptiste, Maxime et Benjamin. Mais je suis avant tout un pécheur, sauvé par la seule grâce de Dieu.

Leave a Reply